Contrôler nos Enfants : Vision biblique du rôle des parents (et des enfants)

0
30

Apprends à l’enfant le chemin qu’il doit suivre, même quand il sera vieux, il n’en déviera pas. (Proverbes 22 v.6)

« Enfants obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable au Seigneur. Père n’irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent ». Il y a beaucoup de choses dans ces quelques versets ! Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents ! Bien sûr, la limite c’est toujours le péché. Le Seigneur, par la bouche de Paul dit : « Enfants obéissez. »

Un enfant n’a pas nécessairement le discernement spirituel pour savoir à partir de quel moment le Seigneur lui montre qu’il doit dire oui ou non, et c’est pour cela que l’état spirituel des parents est tellement important. Si des parents qui sont dans la chair commandent des choses injustes à leurs enfants, les enfants vont obéir, mais ça ne va pas leur faire du bien ! Il est donc important de savoir que nos enfants doivent être entraînés dès le plus jeune âge à obéir à des commandements justes. C’est la responsabilité des parents de faire appliquer la Parole qui dit : « Enfants obéissez en toutes choses à vos parents. » L’entraînement à l’obéissance des enfants commence dès les premiers mois de la vie après la naissance, et au maximum dans les trois premières années. Les réflexes d’apprentissage de base sont extrêmement importants dès les premiers mois de la vie, et ensuite les premières années de la vie. Evidemment, le dosage de la correction doit se faire avec la sagesse du Seigneur, mais il est important de comprendre que l’enfant a besoin d’être éduqué dès le début de sa vie et qu’il sente qu’il y a des barrières à ne pas franchir.

L’enfant doit sentir qu’il y a une discipline, et que cette discipline est là pour l’aider à grandir, comme un jardinier assiste à l’agrandissement d’une jeune plante. Cette discipline est quelque chose que Dieu a prévue, parce que l’enfant en a besoin pour sa croissance spirituelle. Il y a des théories éducatives qui disent : “Si tu laisses l’enfant sans contraintes, il va se développer correctement, il va se sentir libre”, mais c’est faux ! L’enfant livré à lui-même n’a pas de points de repère, il ne sait pas où aller, et il en est malheureux ! L’enfant a besoin de barrières, d’un cadre qui le sécurise. Ce cadre, c’est celui du Seigneur, de sa Parole, et de ce que ses parents remplis de l’Esprit lui donnent comme éducation.

Dans les exhortations que Paul donne à la famille, il commence à parler aux parents, et ensuite il s’adresse aux enfants. C’est le cas dans ce passage : « Enfants obéissez en toutes choses à vos parents ». Cet entraînement à obéir n’est pas naturel. Le réflexe naturel de l’enfant, c’est la désobéissance. C’est inné. Il est donc important qu’une discipline l’entraîne à s’échapper de la contrainte de la désobéissance et de la rébellion qui sont innées en lui.

Au chapitre 6 de l’épitre aux Ephésiens, Paul s’adresse aux enfants et il dit : « Enfants obéissez à vos parents selon le Seigneur ». Là, il ajoute cette précision : « selon le Seigneur ». Cela veut dire que des enfants de famille chrétienne, éduqués dans une atmosphère spirituelle, même très jeunes, vont être formés rapidement pour discerner ce qui est juste selon le Seigneur. Et ils doivent obéir à leurs parents : « car cela est juste ».

« Honore ton père et ta mère ». Pour honorer son père et sa mère, l’enfant doit connaître la Parole de Dieu qui le lui commande, et être capable de le faire dans l’esprit. « (C’est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre » (Ephésiens 6:1-3). Honorer son père et sa mère, ça veut dire leur obéir selon le Seigneur, et en plus, leur rendre honneur ! En général, on rend honneur à quelqu’un qui a une position élevée, on l’élève publiquement. Et les enfants doivent apprendre à honorer leurs parents, dans l’esprit selon le Seigneur.

Les enfants reçoivent normalement tout ce que des parents chrétiens peuvent leur donner de la part du Seigneur. Les parents donnent leur amour, leur affection, ils pourvoient aux besoins matériels, aux besoins éducatifs, et avant tout aux besoins d’enseignement de la Parole du Seigneur, ce qui est le rôle du père en particulier. C’est le rôle du père d’alimenter la famille. Il l’alimente non seulement sur le plan financier et matériel, mais il l’alimente avant tout par la distribution régulière de la Parole du Seigneur. Le père doit comprendre que les enfants, pour grandir dans le Seigneur, ont besoin de connaître sa Parole. Ils ont besoin d’avoir cette Parole arrosée dans la prière commune du mari et de la femme pour leurs enfants, et c’est le père qui a la responsabilité première chaque jour, d’instruire, d’enseigner, de corriger, tout au long de la journée, et à des moments particuliers, de donner un enseignement biblique régulier à ses enfants.

« N’épargne pas la correction à l’enfant ; si tu le frappes de la verge, il ne mourra pas, en le frappant de la verge, tu délivres son âme du séjour des morts » (Proverbes 23 :13)

Quand on va appliquer l’instruction : “frapper de la verge”, il ne s’agit pas d’être le tortionnaire brutal qui va frapper à la première occasion, ce qui développera encore plus la rébellion chez l’enfant. Ça doit être fait dans l’amour, dans l’Esprit, dans la sagesse, mais il ne faut pas éviter la correction. Au chapitre 29 de Proverbes et au verset 15 : « La verge et la correction donnent la sagesse mais l’enfant livré à lui-même fait honte à sa mère ». La verge et la correction d’un petit enfant, c’est l’instrument que le Seigneur nous donne, mais c’est un instrument qui doit être entre des mains sages et aimantes. Nous avons besoin de la sagesse du Seigneur pour savoir quel type de correction il faut appliquer, car ce sera souvent différent d’une fois à l’autre. Parfois, ce sera un simple avertissement, parfois, ce sera plus sérieux, mais en tout cas, l’enfant doit savoir immédiatement que le mensonge et la rébellion ne se tolèrent pas dans la famille. Ils ne sont pas tolérés, car ils sont à la racine même de la nature de péché. Evidemment, si on ne le tolère pas, ça veut dire qu’au niveau des parents, on ne le pratique pas non plus. Cela va de soi que si nous, parents chrétiens, nous efforçons de marcher par l’esprit, nous ne tolèrerons pas dans nos propres vies le mensonge et la désobéissance, parce que nous aimons le Seigneur, et nous devrons apprendre très tôt à nos enfants que dans notre famille, le mensonge et la désobéissance ne sont pas tolérés.

Les enfants ne doivent pas être découragés par la correction. Nous devons éviter d’irriter nos enfants. Comment est-ce qu’on pourrait irriter nos enfants ? En les corrigeant d’une manière injuste ou d’une manière brutale, d’une manière charnelle, sans enseignement, sans explication préalable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici